Bannière
Mardi, 22 Juillet 2014
Seron : "Remettre les pendules à l'heure" (l'Indépendant)

Attendez-vous une réaction après la gifle de Pau (33-3) ?
Bien sûr, car nous sommes passés complètement au travers. Nous n'avons pas su maîtriser ce match, jouer avec les conditions. Ça a été une spirale négative. On a tous à coeur de se racheter car 30 points c'est lourd. Béziers est le bienvenu pour remettre les pendules à l'heure.
A condition de savoir vous adapter aux conditions...
Oui, mais nous ne sommes pas des ânes, ni des abrutis. S'il faut mettre des coups de pieds pendant 10 minutes car l'adversaire et le temps l'imposent, on n'est pas plus con que les autres, on le fera. On saura s'adapter. C'est aux meneurs de jeu de prendre les bonnes décisions.
Quel est l'enjeu de ce dernier match avant la trêve ?
C'est un match capital face à un adversaire direct. Si on gagne, on pourra peut-être regarder devant. On est dans le milieu du tableau, là-haut ça commence à creuser. Si on veut rattraper le wagon, il faut gagner. Ce match est très important pour la suite du championnat. En plus c'est un derby, on veut le gagner.
Cette notion de derby est-elle toujours enracinée ?
Cela a encore de la valeur, Béziers est un voisin contre qui tu as envie de montrer que tu es meilleur. C'est peut-être moins passionné qu'avant, mais cela reste un match différent.
Jouer contre votre ex-entraîneur, Balue, est-il spécial ?
C'est un peu atypique comme situation. Laurent a été mon concurrent pendant quelques années à la mêlée à Narbonne. Il a aussi été mon entraîneur (l'an dernier). Là, c'est mon adversaire. C'est assez rare.
Quel sera votre fil conducteur contre Béziers ?
Béziers a une grosse conquête. Notre jeu ne sera pas forcément d'affronter l'adversaire mais de le déplacer pour se créer des espaces. On devra mettre du mouvement mais ne pas galvauder les bases.

Recueilli par V. H.