Bannière
Mardi, 02 Septembre 2014
Crespy : "Notre situation n'est pas confortable" (l'Indépendant)

Après le laborieux succès contre Bourg-en-Bresse, qui a donné lieu à un recadrage musclé des troupes, Narbonne est sous pression avant de recevoir Grenoble, demain au Parc des Sports.

Richard, après la victoire prometteuse contre Agen (25-22), Narbonne s'est-il grisé avant de battre péniblement Bourg-en-Bresse (22-21) le week-end dernier ?
Grisé ? Je ne crois pas, ça ne correspond pas à l'état d'esprit des joueurs. Ce qui est certain, c'est qu'on a connu des difficultés pour appréhender ce match. A chaud, j'ai été dur entre eux. Avec du recul, j'ai quelques remords car on a eu des intentions. malheureseuement, on a connu du déchet au pied et commis trop de fautes.

Comment l'expliquez-vous ?
On a peut-être eu tort d'annoncer vouloir produire beaucoup de jeu, en oubliant de dire que taper au pied c'était aussi jouer. Bour-en-Bresse a aussi le droit de bien défendre. S'il gagne, il n'y a rien à dire.

Cette semaine a-t-elle fait l'objet d'un recadrage musclé ?
Oui, obligatoirement. En dehors de l'alternance de jeu, il y a un secteur qui me tient à coeur et qui m'a blessé, c'est la mêlée. Or, on ne les a pas attaquées face à un des meilleurs packs qu'on ait rencontré. On a pris l'adversaire de très haut alors qu'il fallait avoir faim. C'est l'occasion de rappeler que le rugby commence devant...
Oui, bon, d'accord. Le rugby commence au moment où on a le ballon à partir des mêlées, touches et coups de pied adverse. Le problème, c'est que la mêlée a un impact psychologique important. Conséquence directe, vous avez changé toute la première ligne pour affronter Grenoble demain (15h15)...

Ce n'est pas la seule raison mais, effectivement, il fallait réagir. Les joueurs en question ne sont pas éliminés pour autant. Que vous inspire le parcours des Grenoblois ?
Ça fait plusieurs saisons qu'ils sont réguliers, leur effectif est stable, c'est vraiment un gros morceau. Grenoble est incontestablement un candidat aux premières places (6 e avec 25 points), peut-être même un candidat à la montée. Vous bouclez ce week-end une série de cinq matches, dont quatre à domicile. Le président Joël Carrère avait fixé pour objectif de prendre 17 à 18 points.

Vous en êtes à 12, la victoire est donc impérative ?
Oui, c'est sûr, mais nous (les entraîneurs) on est plus préoccupé par la manière. On a des objectifs en terme de jeu.

Vous bottez en touche alors que c'est le club qui a chiffré cet objectif !
Vous êtes un peu dur. Les partenaires et les supporteurs nous mettent déjà suffisamment la pression avec ça. En Pro D2, rien n'est gagné d'avance, notre situation n'est pas hyper confortable.

Recueilli par Vincent Couture