Bannière
Jeudi, 21 Août 2014
Le temps des possibles (l'Indépendant)

Placé aux avants postes de la Pro D2, Narbonne reçoit Grenoble pour le choc au sommet de la 7 e journée. Une victoire pourrait propulser le RCNM en tête.

La dernière fois que Narbonne a disputé un match de haut de tableau, c'était au siècle dernier. Pour la plupart des joueurs du RCNM, ces souvenirs remontent à l'enfance. Jeunes et ambitieux, ces derniers ne connaissent pas encore l'odeur des grands matches avec leur club. C'est pourquoi la réception de Grenoble, cet après-midi devant les caméras de Sport +, fait saliver la famille "orange et noir". Le 3 e qui affronte le 2 e , avec une éventuelle place de leader à la clé, tout Narbonne en rêvait... même en Pro D2. "C'est peut-être un nouveau départ", se risque l'entraîneur
des avants Richard Crespy dans le hall d'entrée des vestiaires, tapissé des portraits du Petit Prince Codorniou, Tournaire, Candelon, Hooper et Hunter. Ici, tout rappelle la glorieuse histoire d'un club centenaire, guillotiné de l'élite du rugby en 2007. Un passé dont s'est débarrassée la génération actuelle, désireuse d'écrire sa propre histoire. "On profite de notre bonne situation, en sachant qu'elle reste fragile. On va disputer un match au sommet, on a hâte d'y être pour voir ce dont on est capable", s'enthousiasme l'ouvreur Christopher Ruiz. Ayant profité d'un calendrier favorable, le RCNM est aux avants-postes et entend le faire savoir. "On reçoit un ténor, on est télévisé, l'engouement du public est revenu, ce sont des signes qui montrent que notre jeu est apprécié et efficace. Ça fait plaisir, on va tout faire pour que ça dure", constate le demi de mêlée Sébastien Buada. Les supporters, qui commencent à mordre à l'hameçon, pourraient bien se compter 10 000, cet après-midi au Parc des Sports.
Décontraction

La confiance est revenue, les ambitions aussi, comme rester invaincu à domicile cette saison. "Avec trois victoires à la maison (Pau, Bordeaux et Mont-de-Marsan) , l'équipe a rendu à chaque fois une belle copie en terme d'envie et d'engagement", se rassure Crespy. Le manageur Henri Ferrero lui emboîte le pas : "Les joueurs n'ont pas à se mettre de pression, qu'ils s'éclatent, le reste viendra tout seul." Et de planter le décor d'une partie à bascule. "Ce match n'est pas capital, mais c'est un super test, peut-être même un tournant." Dans les attitudes, pourtant, rien ne trahit l'effervescence à venir. Si ce n'était la programmation du match un dimanche, les Narbonnais n'ont pas changé leurs habitudes de la semaine. Aveu de Buada : "Chaque équipe à son mode de fonctionnement. Nous, c'est relativement cool avant les matches, car le groupe est jeune et imprégné de culture fidjienne. C'est comme ça qu'on est les plus performants." Surtout qu'en face, Grenoble, qui a déjà tenu la dragée haute à Agen (défaite 22-16), ne vient pas pour enfiler les perles. Ferrero flaire le danger : "On s'attend à un match compliqué, avec un petit score. Grenoble est très bien en place défensivement, pas mal en conquête et fort en relance, il faudra rester vigilant. On va voir comment on va gérer ce stress." En bref, on va savoir si Narbonne a vraiment grandi.