Bannière
Jeudi, 24 Avril 2014
Le Racing se rend avec appétit dans les Landes (l'Indépendant)

Le RCNM veut frapper un grand coup à l'extérieur. Il a raté une première occasion à Aurillac la semaine dernière. Il se voit donner une deuxième chance cet après-midi à Dax (17 h 15).
D euxième déplacement en une semaine pour le Racing. Après le Cantal, les "orange et noir" prennent la direction des Landes. Autre latitude mais même climat en perspective. Sous influence océanique, la ville thermale s'attend à revêtir son manteau gris et humide. La pluie est annoncée. Pas de quoi faire sauter au plafond les troupes d'Arlettaz et Crespy. Car l'équipe alignée cet après-midi est du genre à avoir des envies de grand large. Même équipe qu'en Top 14 Toutefois à l'inverse des deux saisons précédentes, une météo maussade ne ruine pas le mental des racingmen avant
même de pénétrer sur la pelouse. Fini les mines dépressives dès l'apparition d'un stratus, d'un cumulus. ou d'une rosée vespérale. A Aurillac, malgré la défaite, le Racing s'était placé sans difficulté en mode brouillard et bruine. "C'était un match fermé, stratégique. Cela pouvait basculer d'un côté comme d'un autre", remarque Richard Crespy, l'entraîneur des avants. A Dax, on pourrait s'attendre à la même configuration. En revanche, rien à voir entre le Stade Aurillacois et l'US Dax. Le premier est configuré Pro D2 tandis que la seconde a du Top 14 dans les veines puisqu'elle était encore pensionnaire de l'élite la saison dernière. Qui dit Top 14, dit potentiel mais aussi problème d'adaptation. "Ça bataille plus et différemment dans les rucks. Il faut penser à gagner les ballons avant de les jouer", note Jérémy Castex, transfuge du club landais à l'intersaison. Et le pilier de rappeler que l'US Dax est une équipe joueuse qui a perdu très peu d'éléments en descendant à l'étage inférieur. "Du 4 au 15, ce sont les mêmes. Les talonneurs aussi. Ils ont perdu quelques piliers, c'est tout." Le manager Henri Ferrero juge la formation dacquoise armée pour le haut du tableau. "Elle a une bonne mêlée, trois ouvreurs de qualité (Petitjean, Lagardère, Vignau-Tucquet), et des ailiers fidjiens très relanceurs." Richard Crespy prévient : "Il faudra être assez sobre, appliqué et leur laisser le moins de ballons possible à exploiter." C'est à ce prix que le Racing pourra espérer frapper un grand coup. "On sent beaucoup d'appétit pour aller gagner hors de nos bases", confie encore l'entraîneur.
Christophe Parra