Bannière
Samedi, 02 Août 2014
Le grand oral du RCNM devant la DNACG (l'Indépendant)

C'est aujourd'hui que le président du RCNM, Joël Carrère, a rendez-vous avec l'organisme de contrôle financier. Il s'y présente avec des contrats liés au sponsoring qui ne sont pas... rentrés.

C 'est à un autre match, hors du rectangle vert, auquel se prépare aujourd'hui le RCNM. Dans les bureaux de la DNACG (la direction nationale d'aide et de contrôle de gestion) à Paris, le président Joël Carrère et l'expert comptable du club ont rendez-vous pour faire le point sur la situation financière. D'autres clubs, de Top 14 et de Pro D2, sont aussi conviés à s'expliquer devant le "gendarme financier" de la ligue (LNR). En coulisses, les manoeuvres se sont accélérées en fin de semaine dernière. A l'initiative du maire Jacques Bascou, Joël Carrère et d'anciens présidents
du Racing se sont retrouvés vendredi. "C'était une réunion privée, il n'y a pas de déclaration, ni de commentaire à faire. On verra après la DNACG", confie le premier magistrat narbonnais. "Il faudra de la so lidarité", lâchera-t-il laconiquement. Une réponse qui est à rapprocher du "fédérer" de Joël Carrère.

Déficit

Un appel à l'entraide qui indique des difficultés pour boucler le budget. On se dirige vers un exercice 2009 / 201 déficitaire. Reste à savoir à hauteur de combien. Car il y a des contrats de sponsoring qui ne sont toujours pas signés. Et, il y a fort à parier que les membres de la commission de contrôle de la DNACG demanderont – aujourd'hui – des assurances sur la rentrée de cet argent. La saison dernière, le RCNM avait déjà connu une perte d'exploitation de 623 000 euros, mais avec une situation nette, au 30 juin 2009, encore positive de 629 000 euros. Le fonds de réserve de 965 000 euros au 30 juin 2008 et une augmentation de capital de 287 000 euros avaient permis d'amortir le choc. Suite à cette situation, le RCNM avait prévu, pour l'exercice en cours, un déficit limité à 84 000 euros. Or, il sera difficile d'être à la hauteur de cette prévision. On se rappelle – aussi – que lors de l'assemblée générale en novembre 2009, le commissaire aux comptes avait alors indiqué être vigilant. La barre du sponsoring pour 2009-2010 était, selon lui, placée un peu trop haute. Elle passait de 2,5 millions d'euros la saison dernière à 2,9 millions d'euros alors que le contexte de crise économique n'est pas favorable. Au président Joël Carrère de convaincre désormais la DNACG et d'éviter de passer sous ses fourches caudines. Les sanctions de l'organisme de contrôle peuvent aller de la limitation de la masse salariale, au recrutement contrôlé par la DNACG, jusqu'à l'interdiction de recruter. Le pire des scénarios étant la rétrogradation en division inférieure, la Fédérale 1.
Christophe Parra