Bannière
Mercredi, 23 Avril 2014
HUXLEY, UN DESTIN HORS DU COMMUN (Jonathan MARTINEZ)

HUXLEY, UN DESTIN HORS DU COMMUN

 

                2008, alors que la planète entière s’émerveille devant les prouesses des nouveaux dieux de l’Olympe, alors que les Crusaders de Christchurch, confirment leur prodigieuse hégémonie dans les terres australes (7ème Super Rugby remporté en 11 ans), alors que les Wallabies rivalisent les yeux dans les yeux avec la chimère All-Blacks, un homme de 29 ans vacille …

 

DU RÊVE AU CAUCHEMAR

Né enfant-prodige, Julian Huxley ne tarde pas à confirmer les immenses espoirs placés en lui. International australien des moins de 19 ans, des moins de 21 ans également, il intègre en 2002 le squad des ACT Brumbies et goûte alors aux joies du Super Rugby. Joker de luxe pendant deux saisons, il éclot véritablement, avec les Queensland Reds, en 2005. Titulaire inamovible et pierre angulaire de la formation « aussie », Julian Huxley laisse éclater au grand jour son indéniable talent … au point même de séduire … les Brumbies, décidément sensibles à ce joyau.

Au sein d’un effectif pléthorique, tout juste auréolé d’un titre de vainqueur du Super 12, le natif de Sydney triomphe là, où quelques années plus tôt, ses desseins de grandeur s’enlisaient. Un parterre de spécialistes de l’Ovalie le nomme alors « Australian Rookie of the Year ». Enfin, consécration suprême, John Connoly, le manager du XV d’Australie, fait appel à ses services pour la tournée de juin et la Coupe du Monde 2007 en France. Au zénith de sa carrière, son existence bascule …

En observation, suite à un K.O encaissé lors d’une rencontre face aux Reds, le néo-international, à l’annonce du verdict médical, voit son monde s’effondrer … Rarissime, dans ce genre de situation, la conclusion des experts laisse sans voix. Elle fait froid dans le dos … Julian Huxley souffre d’une tumeur au cerveau …

 

UN MODELE D’ABNÉGATION

                Sa carrière entre parenthèses, débute alors un interminable chemin de croix … Pour la première fois de sa vie, le rugby ne centralise plus ses attentions. Poussé par une sorte de 6ème sens, cette incommensurable « envie de vivre », de guérir, Julian Huxley s’accroche. Son mental de champion, endurci par les épreuves passées, l’aide à surmonter cet obstacle.

Deux années passent après cette atroce révélation, et débarrassé de ce mal quasi incurable, ce rescapé refoule (enfin) les pelouses du Super Rugby. Une véritable délivrance, l’épilogue d’un terrible purgatoire.

 

Jonathan MARTINEZ