Bannière
Samedi, 02 Août 2014
LA PRO D2 ANTICHAMBRE DU TOP 14

 

UNE HOMOGÉNÉITÉ DIGNE DU TOP 14 De mémoires de spécialistes, jamais une Pro D2 ne se révéla, sur le papier du moins, aussi incertaine (donc passionnante). Si le LOU, en terrible carnivore qu’il est, fait figure d’épouvantail, les candidats à la montée apparaissent, cette saison, plus nombreux que jamais (Brive, Dax, La Rochelle, Pau, Oyonnax, Carcassonne, Aurillac …). Un nivellement par le haut qui rappelle étrangement … la florissante émulation qui existe en Top 14. Une fois n’est pas coutume, de nombreux clubs se sont donnés les moyens de leurs ambitions. Avec des budgets revus à la hausse (pour la grande majorité d’entre eux), ils agrémentèrent de succès leurs tentatives d’attirer des stars de la discipline dans une Ligue de second plan. De grands noms sillonnent ainsi les pelouses de la Pro D2 (Chabal, Nallet, Canale, Huxley, Blair, Tonita …). Une aubaine pour les spectateurs. A chaque journée, son affiche ! LA PRO D2, UN GAGE DE RÉUSSITE Spectaculaire, ce phénomène constitue l’un des aboutissements d’un long procédé de professionnalisation du rugby français. En 1995, désireuses de combler l’isthme qui sépare le Sud du Nord (et de conquérir enfin le Saint-Graal), mis en lumière par l’humiliante correction encaissée un rude soir d’hiver (défaite 10-54 face à l’Afrique du Sud), les instances nationales, emplies d’incertitude, amorcent le virage du professionnalisme. Sur les cendres de l’amateurisme, éclot un Championnat d’élite resserré à 24 clubs (qui se métamorphosera en Top 16 puis Top 14). « Le rugby de papa », lui, perdure au degré inférieur jusqu’en l’an 2000 et la création du Championnat de Pro D2. Un véritable refuge pour des ex cités fortes dépourvues de magnats de la finance (Pau, Colomiers, Brive, Narbonne, Béziers …), un magnifique tremplin pour des nouveaux ambitieux (Lyon, Toulon, Racing Métro 92 …). Lentement mais surement, le niveau global s’élève. Et un constat s’impose : Montpellier, Agen, Toulon, le Racing Métro et plus récemment Bordeaux-Bègles, tous, issus de Pro D2, sont parvenus à sauvegarder leur place dans l’élite. Mieux encore, les formations de Fabien Galthié, Gonzalo Quesada et Bernard Laporte jouent les premiers rôles en Top 14. Alors, Merci qui ?