Bannière
Vendredi, 01 Août 2014
Justin Harrison, la voix du sage

(ÉCRIT PAR JONATHAN MARTINEZ, journaliste sportif à Tempo FM)

 

                  « Savoir écouter son cœur, suivre ses intuitions, faire confiance à sa propre sagesse » n’est-ce pas là, après tout, la définition même du métier d’entraîneur ? Faire des choix, opter en son âme et conscience pour les meilleures solutions possibles, satisfaire, décevoir, se justifier pour tout et toujours, entraîner relève à coup sûr du parcours du combattant. Sur un siège éjectable en permanence, confronté à l’opprimante pression du résultat, l’entraîneur ignore la paix. Sous le feu des diatribes les plus acerbes, jugé en permanence par des esprits bien moins éclairés que le sien, l’unanimité ne sied guère à sa fonction. Un jour seigneur, le lendemain imposteur, sa réputation tient sur un fil, l’instable cordon de la VICTOIRE.

 

SAGESSE = EXPÉRIENCE + RÉSULTATS

                  Si d’aucuns, en matière de peinture, ne doutent du génie de Léonard de Vinci, peu, en revanche, savent que cet homme d’esprit universel disposait d’un regard empli de lucidité sur la société qui l’entourait. 5 siècles après sa mort, sa constatation, « la sagesse est fille de l’expérience », marquée du sceau de l’érudition, trouve un écho positif dans un pays voisin du sien : la France.

34 sélections avec les Wallabies, vice-champion du monde en 2003, vainqueur du Tri-Nations … le palmarès de Justin Harrison parle pour lui. Il atteste, à n’en pas douter, d’une expérience du très haut niveau. 15 années à promener sa grande carcasse sur les pelouses australiennes, irlandaises ou anglaises, à s’escrimer face au gratin mondial, métamorphosent le natif de Sydney en Bible du Rugby. Avide de savoir, Justin s’imprègne de ses aînés. Joueur exemplaire, il prépare là sa reconversion. Doté de ce sens « de la gagne » qui fait les grands champions, perfectionniste dans l’âme, expérimenté à souhait, l’aussie nourrit des desseins de grandeur dans son futur d’entraîneur. Histoire d’imiter son glorieux passé de joueur et de s’imposer, là aussi, en référence.

 

SAGESSE = LÉGITIMITÉ + AUTORITÉ

                  Débarqué, sur les berges de la Robine, dans le sillage de son mentor Matt Williams, en plein cœur du chaos de l’été 2011, Justin Harrison ne tarda pas à imposer sa voix dans le vestiaire narbonnais. Respecté de tous, propulsé rapidement « head-coach », « en vrai chef il prononce des paroles de sagesse et sème des graines d’autorité ». Pourtant ses débuts s’avèrent délicats, l’équipe ne répond pas à ses attentes et cumule les revers. Face au fléau de la relégation, ce péril imminent qui menace l’existence du club, le néo-retraité des terrains ressort, au cœur de l’hiver, sa panoplie de joueur et endosse son costume de sauveur.

Au centre de ses ouailles, sa présence rassure, son expérience fait merveille. Leader dans l’âme, il montre l’exemple encore et toujours. N’ayant de cesse de rameuter ses troupes, Justin se mue en électrochoc. La confiance regagne les rangs audois, les succès s’accumulent. In extremis, Narbonne sauvegarde sa place dans l’élite du rugby hexagonal … grâce à la voix d’un homme, d’un sage.