Bannière
Jeudi, 21 Août 2014
Trop affaibli pour tenir la cadence (L'Indépendant 09/10/12)

Le match perdu à Lyon (36-16) par le Racing a montré les limites actuelles de cette équipe. Si la copie était bonne, brillante par moments en première période, les quarante dernières minutes ont paru durer une éternité face à un des ténors de la division. Après ce match, un constat s'impose : le RCNM doit disposer de toutes ses forces vives pour fournir un match complet. Ce qui, c'est clair, n'était pas le cas dans la tanière du LOU.

Un néophyte en 8 (Malet) pour palier les absences de Tuilagi et Salavea, lui-même suppléé par un malade contraint de jouer une heure (Borwin), un buteur laissé à la maison (Ruiz), le meilleur trois-quarts depuis son arrivée (Ravulovulo) tout juste de retour…

Ça fait beaucoup pour une équipe qui n'a pas encore effacé les doutes revenus au galop après une intersaison résolument optimiste et des matchs de préparation dans l'ensemble convaincants.

D'autant que se profilent, après Chabal et les siens, d'autres gros matchs qui prouvent, semaine après semaine, que la Pro D2 est clairement monté d'un cran cette année.

Ruiz retapé physiquement et mentalement ?

Au rayon bonnes nouvelles, un des deux Samoans devrait être apte (contrôle prévu aujourd'hui). Toujours en 3e ligne, le Racing mise beaucoup sur la présence de Jenkins (voir par ailleurs), surtout que Borwin, malade la semaine dernière, a usé beaucoup de jus en jouant une heure à Lyon. Il faut espérer également que Ruiz a mis à profit son week-end de repos pour se refaire une santé physique et mentale.

Le RCNM, en effet, a besoin d'un Christo en confiance et performant, notamment au pied, même si Quentin Étienne est loin d'avoir démérité dans sa conduite du jeu.

Mais le tableau serait trop idyllique sans bobos supplémentaires. Le gros point noir concerne Sébastien Petit (voir ci-contre), qui apportait depuis deux matchs toute son expérience et sa solidité.

Un vrai coup dur pour lui comme pour le RCNM. Mais ne dit-on pas que c'est dans l'adversité que naissent les grandes équipes ?