Bannière
Jeudi, 24 Avril 2014
Joachim Algisi va devoir se faire opérer d'une hernie discale (L'Indépendant 25/10/12)

Joachim Algisi va devoir se faire opérer d'une hernie discale

Le 25/10/2012 à 06h00 par André Navarro | Mis à jour à 07h33
 Jo Algisi entre Wikus Harmse et Richard List.
Jo Algisi entre Wikus Harmse et Richard List.  © Ph. L.

Depuis la saison dernière, Jo Algisi souffre du dos, la faute à une hernie discale. Pour autant, le talonneur parvenait à tenir son rang, au point de devancer - depuis le début de la saison - son homologue international fidjien Sunia Koto Vuli, dans la hiérarchie des 'talons' du club. Or, au soir du derby remporté sur l'USC, Jo Algisi s'est, une fois de plus, plaint de ce mal récurrent. Et c'est ainsi qu'il a passé un examen en début de semaine, celui-ci confirmant que l'intervention chirurgicale devenait indispensable. Ce qu'il envisage, mais à l'issue du deuxième bloc de 5 matchs, c'est-à-dire après le déplacement à Oyonnax. Après quoi, il se fera opérer, sauf que cette intervention va l'éloigner des stades environ quatre mois, et que l'on ne devrait le revoir - dans le meilleur des cas - qu'au mois de mars 2013.

Dans l'embarras

Évidemment, pour le club, c'est carrément une mauvaise nouvelle, d'autant que tout récemment encore, Sébastien Buada insistait sur le rôle, au sein du groupe, de garçons comme Benjamin Beaux, Gonçalo Uva et Jo Algisi. Certes, Sunia Koto Vuli est tout à fait prêt et apte à tenir la baraque, sauf que l'absence annoncée de Jo Algisi coïncide avec celle de Clément Estériola (blessé). Il n'y a donc plus qu'un seul 'talon' dans le groupe, et le risque d'une véritable pénurie en cas de pépin supplémentaire, ce que nul ne souhaite. Une fois connue la durée de l'absence d'Algisi et la date de retour d'Estériola, le club va devoir - effectivement - prendre une décision. Il y a, bien entendu, la possibilité de se tourner vers la solution du joker médical... À moins qu'il ne soit fait appel à la polyvalence de Craig Smith et de Sébastien Petit, sauf que ce dernier, lui aussi, est blessé. Dans tous les cas, le problème est posé.