Bannière
Samedi, 02 Août 2014
BILAN GLOBAL AU 1/3 DU CHAMPIONNAT

(ÉCRIT PAR JONATHAN MARTINEZ, journaliste sportif à Tempo FM)
Débutée le week-end des 25 et 26 août, cette Pro D2, 13ème du nom, réserve, comme à l’accoutumée, son lot de surprises et de déceptions. Au 1/3 du Championnat (après 10 journées donc), l’heure est déjà au bilan des forces (chapitres 1 à 4) et faiblesses (chapitres 5 et 6) en présence.

CHAPITRE 1 : FASCINATION
A tout seigneur, tout honneur.  Meilleure attaque (plus de 30 points/match), seconde meilleure défense, l’Union Sportive Oyonnax Rugby (qui compte aussi dans ses rangs le meilleur marqueur d’essais – Florian Denos) survole cette Pro D2. Une entame de Championnat idyllique (une seule défaite en 10 rencontres) permet au club de l’Ain d’occuper le siège de leader … un trône réservé, en principe, à l’ogre lyonnais. Conquérants à l’extérieur (3 victoires et 1 nul en 5 matchs), les protégés de Christophe Urios se montrent intraitables dans leur antre de Charles-Mathon (5 succès, dont 4 bonifiés, en 5 rencontres). Impressionnant !

CHAPITRE 2 : TENTATION
Le Top 14 en ligne de mire.  La Rochelle (co-meilleure défense) et Pau, respectivement 3ème et 4ème au général, confirment, en ce début de Championnat, leur statut de cador de la Pro D2. Habitués des « play-offs » (qualifié à 5 reprises sur les 6 dernières saisons pour le Stade Rochelais et 2 fois en 3 ans pour la Section Paloise), rochelais et palois (qui étoffèrent leur groupe à l’intersaison), s’avèrent être, une nouvelle fois, de sérieux prétendants aux demi-finales.
De l’avis unanime de spécialistes, le LOU (formation à la pléiade d’internationaux) et le CABC (à l’effectif quasiment inchangé), les deux relégués de 1ère Division, se livreraient une lutte sans merci pour la première place. Si des deux formations, aucune n’accuse, pour l’instant, de retard rédhibitoire (Brive, seulement 7ème, ne compte que 2 points de retard sur Lyon, 2nd), elles devront, néanmoins, batailler ferme pour résister à l’étreinte exercée par les expérimentés palois et rochelais puis réduire à néant l’insurrection du surprenant leader oyonnaxien. Un sacré programme en perspective !

CHAPITRE 3 : RÉVÉLATION
De l’ombre à la lumière.  Formations par excellence de Pro D2 (Tarbes, en élève assidu, y participe depuis sa création en 2000), le Stade Aurillacois et le Tarbes Pyrénées Rugby semblent enfin ne plus manger leur pain noir. Propulsés sous le feu des projecteurs (aux 5ème et 6ème places), ces deux frères ne ferraillent plus pour le maintien mais s’escriment désormais pour une cause plus noble : les demi-finales. Dans le sillage de leurs maîtres artilleurs (Fabien Fortassin pour Tarbes et Maxime Petitjean pour Aurillac), aurillacois et tarbais prennent un malin plaisir à jouer les trouble-fêtes (Tarbes accrocha notamment le nul face à Oyonnax et Aurillac triompha de Lyon). Surprenant !

CHAPITRE 4 : HÉSITATION
Entre deux eaux.  A une victoire seulement d’un billet en « play-offs » se nichent l’ambitieux Carcassonne (et son buteur d’exception Antoine Lescalmel), le mesuré Albi (l’Auxerre des années 1990 qui joue toujours les premiers rôles alors qu’il vise le maintien) et l’enchanteur Auch (qui, saison après saison, réalise des miracles, en dépit d’un minuscule budget). Trois équipes, trois stades (Albert Domec, le Stadium Municipal et Jacques-Fouroux), trois citadelles imprenables. L’USC, le SCA et le FCAG présentent ainsi une particularité commune : celle de demeurer invaincue à domicile. Un gage de réussite, à conserver impérativement sous peine de dégringoler au classement (et de jouer le maintien). Les demis seront à ce prix !

CHAPITRE 5 : DÉCEPTION
Du retard à l’allumage. Arrivistes à souhait, aixois (au sortir d’une première partie de saison dernière prometteuse), dacquois (demi-finalistes en mai dernier) et narbonnais (qui désiraient surfer sur la vague de leur magnifique seconde moitié de Championnat passé) clamèrent, haut et fort, leurs intentions de jouer les premiers-rôles dans cette Pro D2, cuvée 2012-2013. Or, auteurs d’un début de saison chaotique, l’US Dax (5 défaites lors des 5 premières journées), le RCNM (2 succès seulement lors des 7 rencontres inaugurales) et le PARC (1 victoire en 8 matchs), peuvent gommer de leurs esprits, après seulement 10 levées, leurs ambitions initiales. Respectivement, 12ème, 13ème et 15ème, les voici, d’ores et déjà, condamnés à lutter pour leur propre survie. Dur retour à la réalité

CHAPITRE 6 : PRÉDICTION
Un mauvais présage.  C’était écrit … que Colomiers, Massy (promus de Fédérale 1) et Béziers (relégué sportivement en 3ème division mais maintenu « in extremis » grâce à la rétrogradation financière de Bourgoin) mèneraient un combat acharné pour conserver une place acquise de haute lutte, … que les actuels 11ème (qui s’en sort plutôt bien sur ce début de Pro D2 mais ne semble pas encore tiré d’affaire), 16ème et lanterne rouge (qui découvre le monde professionnel) et 14ème (qui manie l’impatience à outrance en changeant déjà deux fois de staff technique) se trouveraient en grande difficulté en raison d’un effectif et de moyens limités, … et prévisible