Bannière
Lundi, 01 Septembre 2014
Au cimetière des occasions ratées (l'indépendant)

Le 10 décembre à 6h00 par Jérémy Fahner

PHOTO/Ph. L.

Les constats se suivent et se ressemblent au RCNM. De semaine en semaine, match après match, les entraîneurs déplorent le manque d'efficacité offensive de leurs joueurs. Samedi soir, contre Massy, ça a été flagrant. Après des débuts en fanfare (deux essais en vingt minutes), le Racing a pêché dans le dernier geste et s'est retrouvé bien mal embarqué. "On se crée beaucoup d'occasions sauf qu'on les gâche", regrette Sébastien Bauda. C'est le moins que l'on puisse dire. En première période, les opportunités de filer une 3e fois dans l'en-but ont été légion. Il y a ce beau mouvement annihilé par un en-avant de 'Nice' Salavea sur la ligne, sous la pression du dernier défenseur (18e), heureusement compensé par le retour à une pénalité qui amènera l'essai de Furno. On peut citer le coup de pied dans l'en-but mal dosé d'Etienne alors que le surnombre joué à la main, paraissait imparable (25e). Il y a aussi ces deux groupés pénétrants stoppés par l'arbitre car le porteur de balle n'était pas lié aux autres joueurs (26e, 40e).

Massy, menace constante

De quoi regretter, a posteriori, de ne pas avoir tapé ces pénalités faciles ? "Forcément, à la fin quand on est deux points derrière on se le dit. Mais à ce moment-là du match, les joueurs se sentaient bien, étaient performants sur les mauls. On commet des fautes stupides, en plus c'est deux fois la même faute qui nous empêchent de scorer alors que le maul avançait et était bien structuré", peste Buada. "On se sentait forts, on n'a pas voulu prendre les points. On aurait peut-être dû", confessait un Quentin Etienne pourtant en verve au pied. Un véritable cimetière des occasions perdues : "Ce qui nous inquiétait c'était de ne pas concrétiser et de ne pas tuer le match, poursuit 'Bubu'. Petit à petit on a vu un brouillon de rugby, eux ont mis la main sur le ballon. Ils nous ont posé beaucoup de problèmes en le portant". C'est là la différence entre Béziers et Massy. Les Franciliens, même largués en début de match, ont représenté une menace constante. Et auraient mérité meilleur sort tant ils ont privé le Racing de ballon en 2e période. Seul un ultime sursaut d'orgueil lui évitait une 3e défaite à domicile. "Oui on manque d'efficacité, mais c'est tout de même mieux de se créer des occasions sans marquer plutôt que de ne pas avoir d'occasions", jugeait Thomas Poitrenaud dimanche dernier. Il n'a pas tort, mais les points laissés en route ne se rattrapent jamais. Atone pendant une heure, le Racing a fini par forcer la décision par Quentin Etienne. Agressif, le demi d'ouverture n'hésite pas à attaquer la ligne défendue par le 2e ligne massicois Sutiashvili.