Bannière
Mercredi, 23 Avril 2014
Le Racing apprend à "gagner salement" L'indépendant 14 Janvier 2013

Ce n'est pas parce que le Racing a gagné de cette façon qu'il va radicalement changer sa façon de jouer.

Ce n'est pas parce que le Racing a gagné de cette façon qu'il va radicalement changer sa façon de jouer. PHOTO/PHILIPPE LEBLANC

Question. Vaut-il mieux marquer des essais de 80 m avec redoublement de passes, alternance de jeu au large et départ au ras et perdre à l'arrivée, ou scorer sur un essai à zéro passe, 60 m de dribbling et gagner sur un drop après la sirène ?

À Narbonne, on est en droit de s'interroger après le court succès arraché devant Colomiers (22-19), qui intervient après deux matchs perdus (à Tarbes et Pau) au cours desquels le Racing a fait l'essentiel du jeu. Elle est même d'autant plus légitime que les banlieusards toulousains avaient, comme le Racing le fait d'habitude, opté pour un ambitieux plan de jeu consistant à priver l'adversaire de ballons en jouant un maximum de ballons à la main. "Colomiers nous a mis à mal en faisant le jeu qu'on aurait aimé faire, en tenant le ballon", reconnaissait Christopher Ruiz.

Un constat confirmé par Sébastien Buada. "Sur la possession, ils ont réalisé le match qu'on aurait aimé faire. Ils nous ont privés de ballon. Défensivement ils étaient en place, offensivement ils ont su tenir le ballon sur de très longues séquences". À l'image de ce qui arrive encore au RCNM, l'USC est restée trop stérile. Pire, c'est d'une de ces longues séquences columérines dans les 22 m narbonnais qu'est venu l'unique essai des 'orange et noir' sur un contre. Avant que Ruiz, après la sirène, ne passe un drop assassin…

Élargir la panoplie

La panoplie parfaite du 'winning ugly', une expression britannique difficile à traduire, dont l'idée est proche de 'gagner salement'. "On est obligés de constater que ce sont eux qui ont le plus produit. On n'a pas eu grand-chose à proposer si ce n'est ce contre. On a été dangereux une ou deux fois dans la partie, on a passé notre temps à défendre, à sauver ce qu'il y avait à sauver plutôt qu'à maîtriser ce match", acquiesce Buada. L'équipe de France de Marc Lièvremont, entre 2007 et 2011, se prête à un parallèle. L'ancien 3e ligne avait interdit, lors de son 1er match en tant que sélectionneur contre l'Écosse, à ses joueurs de jouer au pied.

Trois ans plus tard, son équipe atteignait la finale de la coupe du monde avec un jeu beaucoup plus étriqué, rugueux, passant d'un rugby champagne à gros déchet à un rugby de combat efficace. Évidemment, ce n'est pas parce que le Racing a gagné de cette façon qu'il va radicalement changer sa façon de jouer. Buada indiquait il y a quelques jours encore qu'il tendait naturellement vers ce jeu car son effectif s'y prêtait. Mais si le RCNM ajoutait le 'winning ugly' à sa panoplie, il serait peut-être moins souvent dans le rôle du perdant magnifique.
Ce n'est pas parce que le Racing a gagné de cette façon qu'il va radicalement changer sa façon de jouer.