Bannière
Mercredi, 16 Avril 2014
LE PACTE DU LOU

(ÉCRIT PAR JONATHAN MARTINEZ, journaliste sportif à Tempo FM)

 

LE GRAND MÉCHANT LOU …

« Au pain sec et à l’eau », dans les intransigeantes contrées du Top 14 (5 victoires et 3 nuls en 26 rencontres), le canidé, littéralement affamé de succès, migre, à l’été dernier, vers des terres qui lui siéent parfaitement où, jadis, il régnait en mâle dominant (champion de Pro D2 en 2010-2011). Là-bas, il pense retrouver son domaine, sa chasse gardée … Avide de titres, le Grand Méchant LOU ne compte pas s’éterniser sur cet insignifiant terroir. Ambitieux, il brigue, comme naguère (champion de France en 1932 et 1933), une place de choix au « Paradis des loups ». Pompeux, il l’annonce d’ailleurs à qui veut l’entendre. Sa prétention, qui n’a d’égal que son insatiable appétit, attise le désir de jeunes loups aux dents longues (Grosso, Romanet, …) qui cherchent à se faire un nom. De légendaires loups blancs (Chabal, Nallet, Januarie …) et des vieux loups de mer (Tchougong, Manta …), en quête d’un ultime défi, rallient également sa cause. Avec leur concours, il reprend du poil de la bête et désire marquer, à nouveau, son territoire ... Pour les autres mammifères (Oyonnax, La Rochelle, Pau, Aurillac, Carcassonne, Brive, Tarbes, Narbonne, Colomiers, Albi, Aix, Auch, Dax, Béziers et Massy), qui continuent, à leurs risques et périls, de braconner sur les terres du dangereux prédateur, il faudra « survivre avec le LOU » …

 

UNE FAIM DE LOU

En chef de meute qui se respecte, le Grand Méchant LOU impose sa loi (celle du plus fort) dès son retour. Battus à plate couture, humiliés devant leurs pairs, les hérétiques louveteaux (Tarbes, Béziers, La Rochelle, Aix …), qui contestent sa suprématie, battent en retraite. Mais trop occupé à pavoiser, à claironner, avec son habituelle outrecuidance, des irritants « Au suivant ! », à célébrer, par avance, ses prochains triomphes, le LOU ne perçoit pas la résistance qui s’organise dans son dos. Son festin de victoires va vite se transformer en une redoutable diète … Le printemps arrive … et les premières défaites avec lui. Les prétendants au trône, plus nombreux et plus coriaces que jamais, se multiplient. Ils infligent, à tour de rôle, de sérieuses corrections au « mâle alpha ». Diminué et esseulé, le Grand Méchant LOU délaisse définitivement, au carnivore Oyonnax, son titre de mâle dominant, au cœur d’un épouvantable hiver (5 revers en 7 combats). Alors que ses rêves de pouvoir, ses desseins d’hégémonie se dispersent peu à peu dans la nature, une ultime opportunité se présente à lui. Pour espérer revoir « le Paradis des Loups », il devra gagner le respect du légendaire Narbonne, ce canidé centenaire, aimé d’aucuns et respecté de tous.

 

Voir Narbonne et mourir, est-ce donc là la tragique fin du Grand Méchant LOU ?