Bannière
Mardi, 02 Septembre 2014
PETITJEAN, LE CHEF DES REBELLES AURILLACOIS

(ÉCRIT PAR JONATHAN MARTINEZ, journaliste sportif à Tempo FM)

 

Le temps passe mais les souvenirs restent … Avec eux, les mythes, les légendes. Ceux qui frappent l’imaginaire collectif, habitent les mémoires, demeurent ancrés au plus profond de nos êtres, de nos esprits. Ceux qui bercent notre tendre enfance, illuminent les premières années de notre existence. Ceux qui colorent, dès la naissance, notre passage sur Terre. Ceux qui ne sombrent jamais, au grand jamais, dans les limbes de l’oubli.

 

Immortel d’hier, héros de naguère, le mythe Petit Jean appartient aussi au présent. Banni du Royaume-Uni, chassé d’Angleterre, pour un lointain pacte conclu avec un frère d’armes, pour un serment d’allégeance porté au célèbre hors-la-loi, Robin des Bois, il trouve finalement refuge, en France, loin, bien loin de la Forêt de Sherwood, de sa Forêt de Sherwood. Dans les Bois d’Aurillac, sous un patronyme à peine voilé (Petitjean), il érige une forteresse imprenable qu’il nomme Jean-Alric. En ce lieu au-combien reculé, difficile d’accès, il impose à chaque infortuné visiteur un duel au pied. Invincible à ce jeu-là, il fait régner, sur ses terres, la seule loi qu’il n’ait jamais connu : celle du plus fort.

Une loi arbitraire, née de l’unique volonté d’un homme, qui approuve le « détroussage » des riches au profit d’un seul et unique pauvre. Fort d’une vie entière de pillages et de brigandages, le bucheron jouît d’une confiance aveugle chez ses compagnons de fortune. Un pouvoir absolu qui l’autorise même à voler les plus démunis. Un coté sombre, une part d’ombre, dans l’existence de cet ancien justicier …

 

L’impressionnant butin amassé par la « bande à Petitjean » lui permet, aujourd’hui, de disposer d’une armée conséquente, capable de déjouer les innombrables pièges placés sur son chemin. Et tant pis pour les états d’âme … Finalement, grâce à Petitjean, Aurillac, et sa troupe de rebelles, dirigera peut être un jour la France du rugby. Un vœu pieux que partage Petit Jean avec un certain … Robin des Bois. Perdu de vue depuis plusieurs siècles, celui qui ne vit plus qu’à travers les récits de ses admirateurs, pourrait bien ressurgir du diable vauvert et signer, avec son acolyte de toujours, dans la patrie de sa promise qui plus est, le plus grand « hold-up » de sa fantastique légende.