Bannière
Vendredi, 25 Juillet 2014
Jour sans ou panne sèche ? - 19/03/13

PHOTO/Ph. L.

La sortie de route des Narbonnais à Aix a fait mal (défaite 28-22). Engagé dans une course-poursuite infernale, surmotivé par sa série de victoires et sa remontée au classement, le Racing ne s'attendait pas à vivre un tel crash en Provence. À tel point que quelques minutes après le coup de sifflet final,Sébastien Buada ne trouvait pas d'explication particulière à ce non-match, si ce n'est celle du jour sans : "On a vu rapidement qu'on n'était pas dans un grand jour. On n'a jamais su se mettre en avançant, très tôt on a perdu des ballons. On leur a laissé l'initiative tout au long de la partie… On a essayé de remobiliser tout le monde à la mi-temps, mais ça n'a pas marché". Les Racingmen avaient-ils la capacité physique à réagir ? Comme lors de la première mi-temps à Carcassonne, l'équipe est apparue émoussée, absente par moments. Lors du derby, elle avait su rebondir en deuxième période, peut-être boostée par l'effet 'ClassicAude'. A Aix, il n'en fut rien. Les signes d'une usure physique et/ou psychologique ? 'Bubu' balaye cette hypothèse d'un revers de manche. "Les bobos n'expliquent pas la contre-performance, qui a été collective. Le physique ? Si on avait baissé à la 60e, pourquoi pas. Mais on n'y est jamais rentré, dans ce match !"

Un seul entraînement

Pourtant, quelques joueurs le concèdent : "Je ne vous cache pas qu'on commence à être dans le dur dans les corps. L'équipe n'a pas beaucoup tourné avec tous les blessés en début de saison, confie l'un d'eux. Même s'ils reviennent maintenant, on le paie à un moment donné. On est un paquet de joueurs à enchaîner beaucoup de matchs". Pourtant, conscients qu'ils ne disposent pas d'un effectif pléthorique équivalent à celui de Lyon, Oyonnax ou Brive, les entraîneurs adaptent les séances à l'état des troupes. La semaine dernière est typique de cet entraînement 'à la carte' : match le dimanche, récupération le lundi, séance très légère le mardi, repos le mercredi, séance normale avec les valides le jeudi, mise en place le vendredi. Soit un seul véritable entraînement dans la semaine. Pas la formule idéale non plus, d'après un joueur : "On n'a pas eu beaucoup de préparation. La semaine d'entraînement a commencé le jeudi. Il n'y a pas de secret, quand on ne peut pas bosser correctement, voilà, ça se retrouve dans les vingt premières minutes". Retrouvera-t-on ces errances contre Oyonnax ? Le RCNM saura-t-il relever la tête après ce match raté dans tous les secteurs ? Réponse samedi face au leader… Sunia Koto Vuli fait partie des joueurs particulièrement sollicités parmi de longues semaines.