Bannière
Samedi, 23 Août 2014
Le RCNM a bien mené sa barque - 07-04-2013

Le RCNM a décroché sa 4e victoire à l'extérieur.Le RCNM a décroché sa 4e victoire à l'extérieur. PHOTO/© D.R

Malgré des conditions climatiques difficiles, les Narbonnais sont allés s'imposer à Albi (14-11) grâce à une bonne gestion et de l'opportunisme. Le Racing n'est pas mort ! Freinés par deux défaites consécutives juste avant la semaine de repos, les Narbonnais ont remis les pendules à l'heure en allant s'imposer à Albi, une première depuis que les deux clubs ferraillent en Pro D2, une première même depuis la saison 1981-1982 !

On a pourtant cru, durant vingt minutes en 2e période, que la série tarnaise allait s'allonger d'une unité. Pénalisé à cinq reprises entre le retour des vestiaires et l'heure de jeu, le RCNM était sous pression constante, coincé dans son camp. Le carton jaune infligé à Josh Valentine (52e) - le 7e de la saison ! - ressemblait même à ce moment-là à la faute de trop.

"On a été plus pénalisés, mais c'est aussi parce qu'on mettait plus de virulence dans les montées défensives, contrairement à la 1re mi-temps. On s'est un peu impatienté pendant vingt minutes et on leur a offert des pénalités, expliquait Sébastien Buada. Heureusement ils n'ont pas eu trop de réussite". Car le demi de mêlée Marques ratait trois de ses quatre coups de pied, et Albi se contentait de trois points durant cette grosse période de domination. Tant pis pour le SCA, car le Racing, lui, n'eut besoin que d'une occasion pour faire basculer le match. Un ballon porté derrière une bonne touche héritée d'une trop grosse prise de risque de Marques, et Jono Jenkins, encore très bon hier, gardait le ballon au chaud jusqu'à la terre promise (72e).

Trois arrières sous la mitraille

Les deux équipes étaient alors à égalité (11-11), Huxley ratant la transformation. Mais l'arrière Wallaby passait, moins de cinq minutes plus tard, la pénalité de la gagne (76e) ! Albi, malgré une dernière possession proche des 22 m audois, gâchait la munition sur la sirène, l'ogive filant en touche. Tout avait plutôt bien commencé pour les Tarnais, mis sur orbite sur un décalage imparable en utilisant toute la largeur du terrain pour envoyer l'ailier Voretamaya à l'essai, son 8e de la saison.

La tactique 'spéciale pluie' mise en place par Henri Broncan était somme toute classique, et efficace : occuper le terrain en bombardant l'arrière-garde narbonnaise de chandelles, profitant notamment des talents de Palis à la réception. Le RCNM, dominateur en touche, récupérant, une fois n'est pas coutume, bon nombre de pénalités sur mêlée, ne s'affolait pas. Mieux, il adaptait son plan tactique en sortant à la mi-temps l'ailier Vunisa pour y placer Poitrenaud, et ainsi disposer de trois arrières de métier (Foley, Huxley et donc Poitrenaud) pour récupérer la mitraille adverse, et en densifiant l'axe avec la paire de centres Kaufana-Ravulovulo au centre. Bingo, le SCA restait stérile.