Bannière
Mercredi, 16 Avril 2014
Narbonne a gâché - 29/04/13

Dans un match qui fleurait bon la fin de saison, le Racing a dilapidé un avantage de vingt points et a fini par céder sous les coups de boutoir de Massy (39-37). Incroyable dénouement, hier soir, sur le terrain champêtre de Massy, au terme d'un match conclu sur un score digne du Super XV. Pour son dernier déplacement de la saison, le RCNM s'est incliné de justesse (39-37) chez la lanterne rouge, sur un essai en force Bakaray Méité après une longue séquence de pilonnage de la ligne narbonnaise (77e). Le RCME a ainsi gagné un maigre sursis quant à sa survie en Pro D2. Le match que les Franciliens rejoueront le 1er mai à Béziers sera à la vie à la mort pour l'une des deux équipes, même si le RCME a toujours un pied et demi en Fédérale 1. "On n'a pas fait le nécessaire en première mi-temps. On avait de bonnes intentions mais on ne mettait pas les choses dans le bon sens. Il fallait avoir l'envie de gagner ce dernier match à la maison pour pouvoir aller à Béziers en ayant quelque chose à jouer", résumait parfaitement Benoît Bonetti, arrière de Massy. Le club francilien a offert à son chaud public une dernière à domicile qu'il n'est pas prêt d'oublier. Une victoire venue des tripes face à des Narbonnais trop sûrs d'eux et l'esprit déjà en vacances, tourné vers le 'tout pour l'attaque'. Face aux fulgurances des individualités narbonnaises, le club de l'Essonne a répondu par une cohésion et une détermination sans faille. Menés de plus de vingt points (32-11 pour le RCNM à la 46e), les Massicois ont alors décidé d'appuyer là où ils faisaient le plus mal : les ballons portés derrière une touche globalement performante. Trois de leurs cinq essais en ont découlé. Incapables - sans l'envie ? - de défendre proprement, les 'orange et noir' ont été constamment mis sur le reculoir en 2e période. Victimes d'indiscipline chronique (15 pénalités, 6 seulement sifflées contre Massy), les coéquipiers de Benjamin Beaux ont eu bien du mal à mettre la main sur le ballon. Les vingt dernières minutes ont ainsi ressemblé à un long calvaire pour les Audois, de plus en plus éteints au fil du temps, au contraire de Massicois toujours plus survoltés et qui avait déjà fait le coup à Pau (victoire 44-20 après avoir été mené 20-9). Pourtant mis sur orbite par un essai ultra rapide de Shaun Foley (2e) et des entames de mi-temps fulgurantes (10-0 à la 9e, 32-11 à la 46e), le Racing a fait la course en tête durant 77 minutes et a sûrement cru trop tôt que la victoire lui appartenait. Il peut se demander, d'ailleurs, comment il a pu la laisser échapper. Excès de confiance, défense aux abois, pénalités à la pelle, manque d'impact devant, il y a eu un peu de tout ça hier soir et cela a suffi à inverser le sort du match. "La décompression, on a fait en sorte de la combattre toute la semaine", expliquait pourtant Sébastien Buada jeudi dernier. Cela n'aura pas suffi. Le jeune Etienne a pourtant inscrit 17 points hier. En vain.