Bannière
Mercredi, 23 Avril 2014
Mot du Président

Y AURAIT-IL DEUX CLUBS PROFESSIONNELS DE RUGBY A NARBONNE ?

 

Depuis plusieurs semaines, Narbonne semble avoir deux clubs professionnels de rugby.
L’un, qui fait le dur apprentissage de la ProD2, s’efforce de travailler dans la sérénité, malgré les difficultés et les inévitables tensions qu’engendrent des résultats décevants.
L’autre, sur lequel sont braqués les projecteurs des médias, est en crise grave, et pour tout dire au bord du précipice, de l’implosion.

C’est bien compréhensible, car si le premier (le RCNM) dispose, pour résister dans une période difficile, de forts atouts, le second, que j’appellerai l’Autre Racing Club Narbonnais, cumule, d’une certaine façon, toutes les tares possibles et imaginables.
Analysons un peu leurs situations respectives.

Dans l’Autre Racing, pour commencer, les dirigeants se sont trompés dans le choix des entraîneurs, allant même, dans leur grande incurie, jusqu’à confier le projet sportif à un « étranger » bizarre, qui ose ne pas renier ses origines, qui ne peut donc être qu’un vil mercenaire, et qui, donc, forcément, n’a que faire de la réussite de son Club.
Nous, au RCNM, nous avons la chance d’avoir deux entraîneurs, certes jeunes, mais compétents, hyper-motivés et impliqués à 200% pour la réussite du Club. Nous avons choisi de leur faire confiance sur la durée, et de ne pas la remettre en cause devant les difficultés que nous traversons, car nous croyons que c’est ainsi qu’un projet sportif doit se construire.

Il faut dire que les entraîneurs de l’Autre Racing n’ont pas de chance : ils sont desservis par un recrutement catastrophique – les journaux le disent : « le recrutement a été raté ».
Au RCNM, en revanche, où nous avons, comme à l’habitude, fait selon nos moyens, nous avons malgré tout eu la main plutôt heureuse, avec des joueurs qui ont déjà montré de grandes qualités, et d’autres dont nous continuons à croire qu’ils ont un réel potentiel.
Et puis, si, dans l’Autre Racing, on semble y attacher peu d’importance, nous sommes, nous, au RCNM, très fiers d’aligner de nombreux jeunes formés au Club, qui montrent aussi de grandes qualités – la formation, c’est un registre où nous nous sentons bien, auquel nous croyons, et assurément un axe majeur de la politique du Club.

Dans ces conditions, immanquablement, le vestiaire de l’Autre Racing est au bord de l’implosion, on n’y parle que de rejet et de conflits internes, et les joueurs attendent impatiemment la grande lessive (président, entraîneurs…). Chez nous, fort heureusement, il n’en est rien. Et si, immanquablement, l’enchaînement des mauvais résultats a généré quelques points de tension, l’ambiance est, malgré tout, bonne. Joueurs et entraîneurs travaillent dur, dans un vrai climat de solidarité, parce qu’ils pensent être sur la bonne voie.

Bien souvent, dans les clubs, les problèmes viennent « d’en haut ». Alors, nécessairement, dans l’Autre Racing, le président est sur un siège éjectable, et on s’agite beaucoup, en coulisses, et même dans son propre entourage, pour lui trouver un successeur – des noms circulent déjà.
Moi, au sein du RCNM, j’ai, samedi dernier, rencontré une majorité des administrateurs du Club, et nous avons, ensemble, très solidaires, analysé la situation du Club et ce qu’il convient de faire. Car j’ai la chance, moi, d’être entouré, dans ce Conseil d’Administration du Club, de dirigeants responsables, pour la plupart chefs d’entreprises narbonnais ou audois, très impliqués, très concernés par la vie du Club et son devenir. Des gens bien, avec qui nous travaillons en bonne intelligence, dans un vrai climat de confiance.

D’ailleurs, si, dans l’Autre Racing, on stigmatise l’incompétence des dirigeants, incapables de trouver des sponsors, nous, au RCNM, nous sommes heureux (et particulièrement reconnaissants) de la fidélité de nos partenaires, qui montrent leur attachement au Club et leur confiance en son projet de développement – visant, ancré sur des valeurs fortes, à inscrire le Club dans la durée –, et grâce auxquels nous avons aujourd’hui, modestement, le 7ème budget du Championnat.

L’Autre Racing a aussi la malchance d’avoir été coulé par les intentions malfaisantes du Maire de Narbonne – un illustre ancien du Club l’en a d’ailleurs récemment accusé publiquement, confirmant par là même qu’on peut avoir porté ce maillot et ne pas hésiter à sacrifier les intérêts du Club sur l’autel d’ambitions personnelles. Il paraît que sans les intentions malfaisantes du Maire, d’autres collectivités auraient pu beaucoup apporter au Club… Un Maire dont on dit aussi qu’il aimerait bien se débarrasser de ce président encombrant…
Nous, au RCNM, nous avons, par bonheur, un Maire fidèle qui, malgré nos résultats peu flatteurs, nous garde sa confiance, et continue à soutenir l’action des dirigeants.

Des supporters, dont la déception respectable ne saurait tout excuser, racontent que le président de l’Autre Racing est un « parisien » distant, qui n’est pas là dans l’intérêt du Club, dont il se fout éperdument, mais par intérêt personnel. Ce président n’a aucun crédit, aucune autorité sur son Club, sur ses joueurs – il ne sait même pas ce qui s’y passe. Et les supporters en question réclament son départ, qu’ils attendent comme une délivrance.
Moi, président du RCNM, vrai Narbonnais, je suis un homme intègre, un président engagé. Malgré un métier qui me laisse peu de temps, je donne, à titre entièrement bénévole et désintéressé, beaucoup de mon énergie pour ce Club.
Avec, à mes côtés, des dirigeants de grande qualité et un remarquable Directeur Général, qui, tous, partagent mes valeurs et convictions, je dirige effectivement ce Club, dans un fonctionnement d’équipe.
Je le fais avec enthousiasme, car le Racing est un beau Club, et pour tous les hommes de grande valeur que j’y ai rencontrés, qu’ils soient dirigeants, joueurs, entraîneurs, managers, employés, partenaires, supporters.
J’y suis entouré d’amis, et j’aime mes joueurs.
Et si je vis parfois douloureusement les attaques injustes visant le président de ce que j’appelle « l’Autre Racing », je veux continuer à servir ce Club que j’ai découvert de l’intérieur il y a cinq ans, et dont je souhaite plus que jamais la réussite.
Je continuerai à m’y employer, dans la recherche de la continuité et de la stabilité, pour qu’enfin puisse se mettre en place une construction à moyen et long termes.

J’allais oublier l’essentiel : l’ « Autre Racing » n’existe pas, n’écoutez plus ceux qui vous en parlent. Il n’y a qu’un seul Racing, le vrai, le RCNM, celui que j’ai la charge et l’honneur de diriger.

Gilbert YSERN