Bannière
Jeudi, 31 Juillet 2014
Du NPC à la Pro D2 pour trois futurs racingmen

Stark joue avec Taranaki, Kaufana avec Otago et Sione pour Manukau. Ils sont samoans ou tongien et ils vont quitter le NPC pour découvrir la Pro D2 sous les couleurs du Racing. Trois futurs joueurs du Racing seront donc issus du NPC, le championnat d'élite des provinces néo-zélandaises, l'équivalent de la Currie Cup pour les Sud-Africains. En effet, le Tongien Karné Kaufana (centre) le Samoan Raymond Stark (troisième ligne aile) et le Samoan Sione Sione (pilier droit) évoluent actuellement dans le Air New Zealand Cup, nouvelle appellation du NPC. Le premier pour Otago, le second pour Taranaki et le troisième pour Counties Manukau, une province dont les sociétaires sont majoritairement maoris ou polynésiens.

Il faut savoir que 14 provinces participent à ce championnat, Auckland, North Harbour (qui fut la province de Andy Springgay, et dont le club était Thames Valley, puisque le seconde ligne anglais évoluait en Nouvelle-Zélande avant de signer à Narbonne), Wellington, Tasman, Taranaki (la province de Raymond Stark), Bay of Plenty et Manawatu pour ce qui est de la poule 1 du NPC.

Dans la seconde, on trouve Otago (la province de Karné Kaufana), Canterbury, Waikato, Southland, Hawke's Bay, Northland et donc Counties Manukau (la province de Sione Sione).
Autant dire que ces trois joueurs ne sont pas issus de n'importe quel championnat, une compétition que Jason Hooper a également connue, puisque le pilier droit ou gauche du Racing, Néo-Zélandais de naissance, natif de Patea, a évolué en NPC, pour Taranaki, mais encore pour Wellington Hurricanes, c'était avant de faire le choix de venir en Europe, à Auch pour commencer puis à Narbonne. Et c'est dans notre ville qu'il va retrouver un certain Raymond Stark. De ces trois joueurs, un seul devrait arriver avec un léger retard, c'est justement Raymond Stark qui devrait terminer le NPC avec Taranaki avant de rejoindre le RCNM. Un échec prématuré de Taranaki dans la compétition le libérerait plus tôt que prévu.

De la même manière, Willem de Waal, si sa venue se confirme dans les tout prochains jours (car le club se languit évidemment de recevoir son indispensable lettre de sortie), il ne devrait rejoindre Narbonne qu'une fois la Currie Cup terminée sous les couleurs des Cheetahs. "L'agent du joueur qui est aussi l'avocat de sa franchise nous assure qu'il sera bien narbonnais", précisait voici quelques jours Gilles Bourguignon, lequel espère bien que le Racing n'aura pas à connaître la même mésaventure qu'avec Jaco Gouws.