Bannière
Jeudi, 28 Août 2014
Le Racing a découvert l'Argentine

Éric MARTY , paru dans le Midi Libre

En ce mois de janvier 2000, il fait froid sur le Parc des Sports. Pierre Berbizier n'est pas peu fier de présenter à la presse un jeune homme timide et frigorifié. Gonzalo Quesada, meilleur buteur de la Coupe du Monde 1999, vient de signer au Racing. Le club narbonnais ne le sait pas encore, mais ce coup médiatique ne sera pas sans lendemains. Le temps de la filière argentine est venu.
Si l'on considère que le rugby français a permis à l'équipe nationale des Pumas de se hisser à la hauteur des meilleurs, en accueillant bon nombre de ses joueurs, le Racing n'y est sans doute pas pour rien. « Je culpabilise aussi car c'est un petit peu de ma faute », plaisante, aujourd'hui, Gonzalo Quesada.
"Gonzo les bons tuyaux" n'a pas été étranger au recrutement argentin qui a marqué le début des années 2000. « J'ai parlé à De Pouzilhac et Berbizier d'un certain Ledesma et d'un jeune nommé Corleto. Ils ne les connaissaient pas du tout, mais ils m'ont fait confiance. Heureusement pour moi, ils n'ont pas été déçus ! »
Le Racing n'aura qu'à se louer des services de Super Mario et du virevoltant Nani. Va donc pour la filière argentine ! « Ensuite, les dirigeants n'ont pas hésité à faire venir Longo et Scelzo », se souvient Gonzalo Quesada.
Scelzo, Ledesma, Longo et Corleto : quatre anciens narbonnais présents à la Coupe du Monde en France. C'est aussi un motif de fierté pour le Racing, même si tous ont fini par quitter un club n'ayant plus les moyens sportifs et financiers de les retenir. « Tous ont démarré leur carrière professionnelle à Narbonne et ils en gardent un très bon souvenir », affirme "Queso".
Le Racing les a révélés et a dû se résoudre à les voir partir sous d'autres cieux. Quesada en tête d'ailleurs. Le buteur argentin n'aura joué à Narbonne que de janvier 2000 à juin 2002. « Souvent, je repense à cette p... de finale de Reading ! Elle aurait pu changer mon histoire avec le Racing. Avec un succès, De Pouzilhac serait resté et il aurait bâtiun projet sérieux et solide », soupire l'ancien ouvreur "orange et noir".
Entre Narbonne et les Pumas, ce fut le coup de foudre réciproque. « Au niveau du rugby et des relations humaines, c'était véritablement spécial. On en parle souvent avec Mario et Chalo. Personnellement, je n'ai jamais retrouvé ça ailleurs », confie Gonzalo Quesada, dont la fin de carrière en France est annoncée.
Les supporters narbonnais iront-ils jusqu'à encourager l'Argentine, ce soir ? L'idée fait sourire "Gonzo". « Ils vont supporter la France à fond, tout en ayant un œil intéressé sur les performances individuelles de Scelzo, Ledesma et Corleto », corrige-t-il.
« Je pense que les Narbonnais espèrent que l'Argentine va se qualifier, derrière la France », ajoute l'ancien demi d'ouverture des Pumas. Il ne doit pas être loin de la vérité.