Bannière
Mercredi, 20 Août 2014
Le Racing se joue de Calvisano

Ch. P. , paru dans l'Indépendant

Les "orange et noir" l'ont emporté hier en match amical contre les Italiens de Calvisano, 20 à 12. Malgré les maladresses inhérentes à ces matches de reprise, le Racing a imposé sa loi grâce à une conquête agressive. Devant 500 spectateurs environ, le Racing s'est imposé hier au Parc des sports 20 à 12, contre l'équipe italienne de Calvisano coachée par Delpoux.
Pour ce premier match amical, les entraîneurs Laurent Balue et Régis Sonnes ont continué leur revue d'effectif en sélectionnant 33 joueurs, entrés en jeu au cours de trois tiers temps de 30 minutes.
On aura pu voir à quoi ressemblera une rencontre de Pro D2. Un combat d'avants avec de rares éclairs de trois quarts. A ce petit jeu, les "orange et noir" ont mis un quart d'heure avant de trouver la bonne carburation. Une pénaltouche a permis de trouver la clef de l'en-but transalpin. Un groupé pénétrant tout en force et détermination a envoyé le capitaine Algret derrière la ligne. Les pensionnaires du parc des Sports ont alors pris la mesure de leur adversaire en conquête.
Agressifs dans les regroupements, bien en mêlée, à l'aise dans les airs, ils ont récupéré de nombreuses munitions. Mais par maladresses et manque de repères, les racingmen n'ont pas toujours réussi à assurer la continuité des mouvements. Ils y sont arrivés après une relance de Nicolas Nadau. L'arrière lançait la contre attaque de ses 22 mètres et servait dans l'intervalle l'ailier Romain Martial. La percée de l'ancien clermontois se développait sur une trentaine de mètres avant d'être arrêtée. Démarqué sur l'aile droite, Christopher Ruiz recevait le ballon et d'un judicieux coup de pied à suivre pour lui-même, s'échappait le long de la ligne de touche et allait aplatir dans l'en-but. Le deuxième tiers temps a vu les Italiens reprendre du poil de la bête avec un essai de leur demi d'ouverture Purll, slalomant impunément dans une défense absente. Les "orange et noir" ont réagi avec leurs avants. Une nouvelle pénaltouche permettait au jeune talonneur Algisi de marquer le troisième essai narbonnais. Un deuxième tiers temps qui a été marqué par quelques échauffourées, consécutives aux intempestives et illégales interventions italiennes dans les regroupements. Et dans le sillage d'un Ludovic Michaux remonté, le pack a défendu son territoire de quelques gestes défendus.
Enfin dans le dernier acte, la domination des "orange et noir" a été totale mais stérile. La faute à de nombreuses rotations de joueurs. Calvisano réduisait la marque après un essai en contre.

Sonnes s'est félicité de disposer d'un groupe homogène.
Régis Sonnes : "On a gagné. C'est déjà un bon point. Contre une équipe de Calvisno qui a participé à la Heineken cup et a terminé troisième du championnat italien. Le groupe a démontré des valeurs, le comportement collectif, sur lesquels nous voulons construire. On n'a jamais rien lâché, on a fait preuve d'agressivité dans le combat. Cela a été une rencontre sérieuse. Il y a eu des actions propres. La conquête, les départs autour des regroupements, la défense. On a pu mettre en place quelques schémas travaillés à l'entraînement, notamment au niveau des avants. Mais nous avons des repères collectifs à trouver et à améliorer notre capacité à jouer debout. Nous disposons d'un groupe homogène. Cela ne sera pas facile d'établir une liste de 22 joueurs."

Les équipes
- 1er tiers temps : Kutarashvili, Algret, Hooper, Michaux, Bourdin, Hunter, Genevoix, Beaux, Seron, Ruiz, Regy, Arniaud, Grammatico, Martial, Nadau.
- 2e tiers temps : A. Martinez, Algisi, Bastin, Eksteen, Michaux, Bisaro, Borwin, Spanghero, Chevtchenko, Nadau, Sanchez, Van Rensburg, Labbi, Mouchel, Regy.
- 3e tiers temps : sont rentrés Paloméra, Nel, Madaule, Byrnes.
Fournil (douleur cuisse) forfait de dernière minute.